14 septembre 2006

Sarko et les échecs

Drôle de rêve que j'ai fait cette nuit. Je me retrouvais, dans une pièce annexe à une bibliothèque, en compagnie de notre Nicolas Sarkozy national, tous les deux, sans personne d'autre. Je me vois lui lancer une blague, et lui de ne pas rire; mais alors pas du tout. Le masque. Et devant nous, un échiquier. Je lui propose une partie pour passer le temps en lui demandant s'il sait jouer. Il me répond qu'il connaît les règles. Je lui demande alors s'il est du genre à calculer 15 coups à l'avance. Mais non, il joue au coup par coup. Alors on dispose les pièces sur la table, mais il me manque trois pions. Je décide alors d'aller prendre dehors trois petits cailloux que je dispose sur l'échiquier en guise de pions, et la partie commence et... ben c'est là que maman est venue me réveiller. Alors je connais pas la fin. Peut-être que je lui fous une raclée monumentale. Ou alors, à deux doigts de se faire mettre échec et mat par ma reine et ma tour, il me sors son Kärcher et envoie tout balader. Je sais pas. Faudra que j'en parle à ma psy que je vois ce midi.

Retour dans la réalité avec rendez-vous ce matin pour une radio du thorax. J'ai en effet quelques douleurs du côté droit, et je voulais en avoir le coeur net avant de repartir. Mais rien d'anormal à signaler au final. Tout va bien, pas de masse suspecte, par d'inflammation outre mesure. Juste des douleurs consécutives à l'opération qu'il me faut prendre en compte, et beaucoup de patience car je risque de ressentir encore ce genre de désagréments pendant plusieurs mois. Génial... filsTiens, tant que j'y suis, petite précision quant à la façon dont on m'a refermé le thorax après l'opération. Dans un post précédent, je disais que l'on m'avait rattaché les côtes avec du fil d'acier. En fait, ce ne sont pas les côtes, mais bien le sternun, cette plaque osseuse sur lequelle viennent effectivement s'enticher les côtes. Quand je parlais de fil d'acier, cela restait très conceptuel pour moi. Je m'imaginais des broches, des agraffes ou quelque chose dans le genre. Mais ce matin, j'ai pu en avoir un aperçu bien plus concret. Point de broches mon ami, mais bien du vrai fil métallique, qui passe bien dans chaque côté du sternum pour bien tout maintenir en place, avec les torsades et tout et tout. Du vrai bricolage de pro, fait pour rester à vie. Je me demande si ça fait bien de l'indiquer sur un CV...

Posté par benbef à 05:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Sarko et les échecs

    Métaphore

    De l'acier pour protéger un coeur fragile. On ne s'imagine jamais à quoi ressemble la beauté intérieure !

    Tu n'aurais pas préféré rêvé à Ségolène Royale en train de faire un strip-poker ?

    Posté par Pascal, 14 septembre 2006 à 08:15 | | Répondre
  • freud ou lacan ?

    oulala à mon avis ça en fait des symboles ça : les échecs, sarko, les pions manquants, les petis cailloux,... la psy a moyen de se régaler à mon avis ! ah lala cet inconscient !!
    concernant le fil de fer : impressionnant... ce ne serait pas un ceintre tordu, toujours utile en bricolage ? tu as intérêt à avoir ton certificat médical à l'aéroport !
    Mais l'essentiel est ailleurs : tout rentre dans l'ordre !

    Posté par céline, 14 septembre 2006 à 13:15 | | Répondre
  • Fil

    Si on glisse un aimant vis-à-vis le thorax, il tient seul en place?
    Et t'es sûr que tu vas passer les détecteurs à l'aéroport?
    En tout cas le 28 approche... tigidou!

    Posté par Marc, 15 septembre 2006 à 10:37 | | Répondre
Nouveau commentaire