21 septembre 2006

Ironie

J'en arrache un peu depuis deux jours. En fait, j'ai arrêté les anti-inflammatoires mardi au terme de trois semaines de traitement, mais j'ai oublié de passer de trois à un seul comprimé par jour durant la dernière semaine. Résultat : sevrage total, la descente n'en est que plus difficile. J'ai de nouveau mal partout dans la poitrine, avec la très désagréable impression de m'être fait rouler dessus par un TGV. De nouveau, j'ai du mal à respirer à pleine capacité, et suis donc de nouveau essoufflé. Eternel recommencement. Enfn, pas tout à fait car je sens que ça va doucement, très doucement mieux depuis la mi-journée. Patience, patience...

Journée d'adieu aujourd'hui avec ma psy, avec qui j'avais ma dernière séance. Tout au long de ces mois difficiles, j'aurai apprécié sa grande écoute, son empathie et sa franchise. J'étais au début allé la voir pour parler de mon mal être face à la maladie. On me l'avait recommandée en m'indiquant qu'elle avait déjà travaillé à Bergonier comme psy auprès des malades atteints de cancers. J'en resors aujourd'hui, je le sens, infiniment grandi. Plus à même de voir mes failles et de percevoir cette petite lampe qui s'allume de temps en temps pour me dire : "Warning, warning, tu retombes dans tes vieux travers...". Personne n'est parfait, moi le premier. Je suis parfois faillible, parfois très con aussi, j'ai pu être inutilement méchant et blessant. Je le regrette. Infiniment.

Je vais maintenant tout faire pour vivre pleinement cette vie qui s'ouvre, cette pampa des possibles, relancer la machine, et par dessus tout être heureux. Tout ceci peut quelque part paraître étrange, sorte de méthode Coué pour le bonheur... Mais si j'ai aujourd'hui une certitude, c'est bien que sa vie à soi, on se la construit. On peut toujours faire le choix de la passivité, accepter son sort, coupable prisonnier du destin. Mais pour moi, la fatalité n'existe pas. J'ai malheureusement dû en passer par là cette dernière année pour en apprendre un peu plus sur moi, apprendre à pleurer, à détester, à profiter, à faire confiance, à dire non et à dire merde. Et quelque part, aussi, tout ceci aura été une chance.

Posté par benbef à 15:15 - Commentaires [9] - Permalien [#]


Commentaires sur Ironie

    agrippe la barre et prend le vent !!

    Posté par sergio, 22 septembre 2006 à 08:34 | | Répondre
  • agrippe la barre et prend le vent !!

    Posté par sergio, 22 septembre 2006 à 09:07 | | Répondre
  • Cadeau

    Parfois les difficultés que l'on rencontre sont de véritables cadeaux qui nous obligent à nous pencher sur nous même. Si le coeur t'en dit, je te prêterais un excellent livre qui retrace dans un roman la vie et l'oeuvre de Schopenhauer et qui m'aide beaucoup dans mon rapport à la vie ou à la mort.

    Posté par Pascal, 22 septembre 2006 à 09:52 | | Répondre
  • Grande leçon de vie que tu nous donnes là.
    Bon retour prochain à Montréal!

    Posté par Olivier, 22 septembre 2006 à 10:03 | | Répondre
  • Histoire de cailloux...

    Bon, tant qu'on est dans les grands discours sur le sens profond de la vie...

    http://k-ribou.blogspirit.com/archive/2006/02/20/une-lecon-de-vie-a-mediter.html

    Posté par Benbef, 22 septembre 2006 à 18:34 | | Répondre
  • ironie?

    Benoît, cet hommage à la vie, je l'ai longtemps attendu, espéré. Tu connais ce sourire avec les yeux sous la flotte, il est là, accroché à mon visage. Mon coeur se gonfle quand je lis que tu veux mordre dans cette vie, qui oui est difficile, mais tellement belle. Je t'ai souvent dit que je me sens impuissante mon ami, mais aujourd'hui, maintenant que le cauchemar est terminé, j'ai l'impression d'avoir finalement servi à quelque chose, avec mes petits gestes et mes quelques attentions puisque tu t'en sors...et avec l'envie d'être heureux en bonus!
    Si tu savais comme ça me fait plaisir.

    Ironie tu dis? Oui la vie est bien ironique car hier, il y eut ton message rempli d'espoir et de victoire et un appel de ma maman m'annonçant qu'il ne reste plus que quelques jours à vivre à ma cousine...deux mois au plus. Deux batailles, deux fins.

    Alors profite de la vie sans trop t'en faire pour les autres...et surtout, AMUSE-TOI!!

    Gros câlins

    Posté par caroline, 23 septembre 2006 à 11:44 | | Répondre
  • à trés vite

    ta reflexion sur ta vie me donne la chaire de poule mais me réjouis en mm temps!
    je te souhaite de croquer la vie à pleine dents et de continuer à profiter de tout ce qui te rempli de joie.
    en tout cas , moi je suis ravie de te savoir bientôt ici, c,est un grand bonheur.
    vite vite les valises!
    gros bisous

    Posté par audrey, 25 septembre 2006 à 06:36 | | Répondre
  • A tres vite

    J-5, 6 ? (selon le fuseau)
    "We need YOU !"
    Une gigantesque marmite de fèves au lard à partager qui vient de finir 18h de cuisson, t'attend ici. Je la laisse sur feu doux jusqu'à ton retour alors viens vite !

    Bizes!

    Posté par Thom, 25 septembre 2006 à 07:38 | | Répondre
  • JULEP

    Quand est-ce qu'on va se prendre un petit verre de Julep ?

    Posté par Pascal, 25 septembre 2006 à 13:48 | | Répondre
Nouveau commentaire